EDIFYING ARTICLES

Excerpts from Prof. Fomum's books

La Prière Pendant un Jeûne (Zacharias T. Fomum)

 

Beaucoup de chrétiens ont tellement associé la prière au jeûne que s’ils parviennent, au cours d’un jeûne, à un point où ils ne peuvent plus prier, ils croient que leur jeûne devient alors inutile et doit être stoppé. Cette manière de penser n’est pas juste.

Tout comme la prière, le jeûne constitue un domaine bien distinct dans la vie spirituelle. On peut prier avec succès sans jeûner. On n’est pas obligé de dire: “Parce que je ne peux pas jeûner quand je prie, ma prière n’est d’aucune utilité, et je dois arrêter de prier.” De même, le jeûne est un ministère distinct, qui peut être exercé même s’il ne s’accompagne pas de la prière.

Quand le Seigneur Jésus a enseigné sur le jeûne et sur la prière, Il n’a pas mélangé les deux, mais les a plutôt séparés. Il a dit: “Lorsque vous priez...” (Matthieu 6:5-15). Puis, plus loin:

“Lorsque vous jeûnez...” (Matthieu 6:16-18).

Il n’a pas dit:

“Lors­que vous jeûnez et priez...”

Au cours de Son propre jeûne de quarante jours, il n’est pas mentionné qu’Il a prié, même si je pense qu’Il a effectivement prié. Cependant, ce n’était pas la prière qui était la chose la plus importante, c’était le jeûne.

Au cours de jeûnes partiels ou complets de un à sept jours, il est possible de prier tout le temps. Le corps est en général fort, et nous éprouvons un grand désir de prier. La prière est souvent très profonde et puissante, et il y a un véritable flot provenant du Saint-Esprit, qui s’écoule à travers l’esprit humain jusque vers le Seigneur. Nous pouvons aisément nous unir à Dieu dans la prière, et avoir une assurance inhabituelle pour nous approcher du Père Eternel, par Son Fils Eternel. Cependant, au cours de longs jeûnes, nous atteignons un point où le corps est trop faible, et la puissance de concentration trop insuffisante. Dans ces moments, il est plus difficile de prier. C’est souvent le cas après le vingt-cinquième jour de jeûne. Il faut continuer à jeûner même si le corps est trop faible pour prier.

Au cours de ces périodes où la prière normale n’est plus possible, nous réaliserons que nous faisons monter vers le Père beaucoup de prières sous forme de gémissements et de soupirs. Ceux-ci sont souvent trop profonds pour pouvoir s’exprimer en paroles, mais ils s’élèvent cependant vers le Père, d’un cœur qui jeûne. Outre ceux-ci, nous ferons de courtes prières, peu fréquen­tes, qui s’élèveront vers le Père tout le long de la journée. De telles prières pourront être des cris de notre cœur, comme, par exemple:

  1. Seigneur, fais grandir mon amour pour Toi!

  2. Seigneur, fais-moi voir Ta gloire!

  3. Seigneur, envoie de bons ouvriers dans Ta moisson, au milieu des musulmans de Libye!

  4. Seigneur, délivre le frère ... de l’amour de l’argent!

  5. Seigneur, est-ce Toi qui me demandes d’aller prêcher à ...ou ce désir vient-il de moi?

  6. Seigneur, veuille répondre aux besoins financiers du ministère du frère ... !

  7. Seigneur, délivre-moi de cet égoïsme qui se manifeste souvent par le besoin de me justifier!

  8. Seigneur, révèle Christ à... !

  9. Seigneur, permets que ... reçoive le baptême dans le Saint-Esprit!

  10. Seigneur, montre-moi ce que je dois faire pour délivrer.... qui n’a pas réussi à recevoir la délivrance à deux occasions!

  11. Seigneur, crée en moi un cœur pur, et permets que je puisse le garder pur!

  12. Seigneur, donne-moi le courage de reprendre .... qui est en train de s’égarer!

  13. Seigneur, agis au milieu de Ton Corps dans la ville de .... donne à Tes saints une conviction de péché, et conduis-les sur le chemin de la victoire!

  14. 14.Seigneur, je ne T’ai amené personne depuis trois mois. Je suis stérile! Seigneur, guéris-moi de ma stérilité!

  15. Seigneur, je sens dans mon esprit que la sœur .... qui est en voyage, court un danger. Seigneur, protège-la, juste en ce moment précis!

  16. etc.

Il faut que le chrétien qui jeûne réalise que Dieu ne mesure pas ses prières au temps qu’elles durent. En fait, le Seigneur Jésus nous a mis en garde, et Il a dit:

“En priant, ne multipliez pas de vaines paroles, comme les païens, qui s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés. Ne leur ressemblez pas; car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant que vous le lui demandiez” (Matthieu 6:7-8).

Lui-même a fait beaucoup de prières courtes et puissantes. Par exemple, au jardin de Gethsémané, il a prié ainsi:

“Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux” (Matthieu 26:39).

Ce fut une courte prière, mais dont les conséquences furent profondes. Même la plus longue prière qui a été gardée de Lui, reprise dans l’Evangile de Jean (Jean 17), n’a guère duré plus de trois minutes. Ne méprise donc pas les courtes prières d’une seule phrase que tu feras dans les derniers jours d’un jeûne. On peut faire mille prières semblables en une journée, et faire beaucoup de bien au royaume de Dieu, tout en faisant beaucoup de mal au royaume du malin. Nous te recommandons, autant que possible, de garder une trace écrite des prières faites au cours d’un jeûne, et de vérifier dans quelle mesure elles ont été exaucées par notre Père Céleste, au cours des jours, mois, ou années qui suivent le jeûne.

Puisque le corps est plus fort au début du jeûne, nous recommandons à celui qui jeûne de prévoir quatre à six heures de prière par jour, au cours des dix premiers jours du jeûne, qu’il consacrera véritablement à ce but. Entre le dixième et le vingt-cinquième jour, il doit veiller à prier encore au moins trois heures par jour. Après le vingt-cinquième jour, il doit encore s’efforcer de passer certains moments consacrés spécialement à la prière, en plus des cris continuels qui s’élèveront vers le Père Céleste tout le long de la journée. Cela exige de la discipline. L’ennemi peut essayer d’attaquer pendant le jeûne. Il faut donc prier le Seigneur avant de commencer le jeûne, pour régler avec Lui tout ce qui concerne la prière. Lorsque cette question a été réglée avec le Seigneur, et qu’une décision a été prise, celle-ci doit être mainte­nue contre vents et marées. L’un des objectifs du jeûne est de communier avec Dieu. Nous savons que nous pouvons être en communion avec Lui sans avoir besoin de parler, mais il ne faut pas négliger la communion accompagnée de paroles! Je suggère que celui qui jeûne décide de passer le plus de temps possible à prier pendant son jeûne. S’il pouvait passer quinze heures par jour à prier dès le début de son jeûne, ce serait merveilleux. Il doit apprendre à traiter durement son corps et à le tenir assujetti. Il ne doit laisser aucune minute inemployée.

Il est bon de jeûner, et il est bon de prier. Mais lorsque la prière est associée au jeûne, c’est formidable! Comme nous l’avons déjà dit, tous les chrétiens qui jeûnent doivent prier le plus possible. Ils doivent éviter toute chose et toute personne voulant faire obstacle à leur prière. Certaines personnes sont obligées par les circonstances de leur vie de faire de longs jeûnes tout en continuant à travailler. Ils doivent passer huit heures à travailler, mais il leur reste encore seize heures, qui devraient être consa­crées au maximum à rester en communion directe avec le Seigneur, à prier, à lire la Bible, et peut-être à réfléchir à une stratégie spirituelle.

Dans toute cette question du jeûne et de la prière, j’ai découvert que la volonté était d’une importance fondamentale. Lors de mon premier jeûne de trois semaines, j’avais éprouvé d’extrê­mes difficultés à lire la Parole et à prier. Il me fut aussi très difficile de passer chaque jour un moment tranquille à méditer. Je crois que je n’ai réussi à avoir ce moment tranquille que pendant cinq jours, sur les vingt-et-un du jeûne. Quand je me suis préparé pour un jeûne de quarante jours, j’ai présenté sérieusement ce problème au Seigneur dans la prière, et j’ai décidé de m’appliquer chaque jour à la prière, à la méditation, et à la lecture de la Bible. Le résultat fut que je pus avoir une méditation quotidienne pendant vingt-quatre des jours de ce jeûne, et que je parvins à lire la Parole deux heures par jour en moyenne. Je ne me soumis pas à une discipline particulière pour la prière, de sorte que je ne priai pas beaucoup après le vingt-cinquième jour. Je sais que j’aurais pu faire mieux. Par la suite, lors du jeûne suivant de trois semaines, je fixai mon objectif quotidien à une quinzaine d’heures en moyenne de prière, de méditation et de lecture biblique devant le Seigneur. Je décidai de passer chaque jour cinq heures à lire la Bible, sept heures à prier, et trois heures à méditer la Parole. Mon objectif est de me soumettre moi-même à une discipline très stricte. Le jeûne est déjà l’occasion de traiter durement le corps. Je veux traiter encore plus durement un corps qui est déjà traité durement. L’apôtre Paul a dit:

“Tous ceux qui combattent s’imposent toute espèce d’abstinen­ces, et ils le font pour obtenir une couronne corruptible; mais nous, faisons-le pour une couronne incorruptible. Moi donc, je cours, non pas comme à l’aventure; je frappe, non pas comme battant l’air. Mais je traite durement mon corps et je le tiens assujetti, de peur d’être moi-même rejeté, après avoir prêché aux autres” (1 Corinthiens 9:25-27).

Beaucoup de personnes peuvent jeûner pendant une période identique, par exemple trois semaines, et en recueillir des béné­dictions spirituelles très différentes. Certains obtiennent beau­coup, alors que d’autres obtiennent peu. Le gain spirituel que nous obtenons d’un jeûne dépend de nombreux facteurs, parmi lesquels figurent:

  • Le degré de pureté de notre cœur.

  • L’intensité de notre faim de Dieu.

  • Le poids du fardeau que nous avons sur le cœur.

Le degré de notre application à la prière, à la lecture de la Bible, et à la méditation pendant le jeûne, c’est-à-dire la manière dont nous nous sommes préparés à nous discipliner.

Des quatre facteurs cités, la discipline est sans doute le facteur le plus important, car elle inclut les trois autres. Nous en concluons que les chrétiens disciplinés obtiendront plus de leur jeûne que les chrétiens indisciplinés. Personne ne doit accepter d’être dominé par les sensations de faiblesse, de fatigue, etc., qu’il ressent à certains moments de la journée au cours de longs jeûnes. Nous devons avant tout exploiter pleinement les périodes où nous sommes forts (il y en a beaucoup). Ensuite, pendant les périodes de faiblesse, nous ne devons pas permettre à la sensation de faiblesse de nous dominer complètement. Nous devons confes­ser avec l’apôtre Paul:

“C’est pourquoi je me plais dans les faiblesses, dans les outrages, dans les calamités, dans les persé­cutions, dans les détresses, pour Christ; car, quand je suis faible, c’est alors que je suis fort” (2 Corinthiens 12: 10).

Nous devons aussi confesser avec le prophète Joël:

“Que le faible dise: Je suis fort!” (Joël 3:10).

Ayant ainsi confessé notre force, recevons-la du Seigneur et continuons à prier.

Dans les moments d’extrême faiblesse, nous pouvons nous allonger et nous reposer pour renouveler nos forces. Cependant, s’allonger un quart d’heure et se lever pour lire la Bible et prier est une chose, mais rester paresseusement allongé pendant deux heures en est une autre, toute différente. Même lorsque nous sommes allongés, ce n’est pas une invitation à rester oisifs. Nous devrions continuer à prier au lit. Dieu ne S’intéresse pas à la position de notre corps lorsque nous prions. Il nous demande de prier sans cesse (1 Thessaloniciens 5:17). Ce commandement est répété dans Romains 12:12. Il s’adresse à tous les chrétiens, et concerne tous les moments de leur vie, y compris les moments de jeûne.

Tags: ,

Commentaires (0)

There are no comments posted here yet

Ajouter vos commentaires

  1. Posting comment as a guest. Sign up or login to your account.
0 Characters
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement

Do you like this article?

Signup and Stay Updated

Search For an Article

cmfi_logo_en_new_589x500.png

Ave. Zacharias Tanee Fomum, P.O. Box 385, Bertoua, Cameroon

  • dummy+1 (613) 298-2449

  • dummy+47 454 12 804

  • dummy info@ztfministry.org

Abonnement

Copyright © 2018 Christian Missionary Fellowship International | Zach Fomum Ministry